Le projet

L'école de formation professionnelle
Enseigner autrement pour des milliers d’enfants

objectif

L’école de formation professionnelle en pédagogie active (EFPA) proposera des formations pour la maternelle et le primaire à des étudiants post-bac sortant des Teacher Training Colleges (TTC), à des enseignants qui veulent évoluer dans leurs pratiques et à des formateurs du système éducatif.

Il s’agira de formations courtes, en alternance, qui s’appuieront sur les deux écoles Henri Matisse (maternelle et primaire) comme écoles d’application, mais aussi sur les 7 écoles publiques de Nyarugenge, dont les enseignants de maternelle ont été formés par le Centre International de Pédagogie Active (CIPAC France) et qui seront partenaires des écoles Henri Matisse et de l’école de formation.

De plus, l’école produira et diffusera des connaissances sur les pratiques pédagogiques à travers ses activités de recherche conduites avec ses étudiants et stagiaires.

ORGANISATION

Le Centre de formation s’appuiera sur les deux écoles Henri Matisse (maternelle et primaire) comme écoles d’application, mais aussi sur les 7 écoles publiques de Nyarugenge, dont les enseignants de maternelle ont été formés par le CIPAC (Centre International de Pédagogie Active).

L’école disposera de partenariats avec des centres de formation en France et en Belgique.

FORMATION PROFESSIONNELLE EN PÉDAGOGIE ACTIVE

Un an à temps plein, avec stages et recherche.

Formules souples de formation en alternance, sur 1 ou 2 ans.

Chaque étudiant/stagiaire repart avec un kit de matériels pédagogiques réalisé sur place et directement utilisable en classe.

PUBLICS CIBLES

Elèves post-bac sortant des Teacher Training Colleges (TTC).

Enseignants voulant se former en pédagogie active.

Formateurs et enseignants d’écoles publiques, appuyées par des partenaires techniques et financiers ou des ONG.

RECHERCHE SUR LA PÉDAGOGIE ACTIVE

Recherche, production et diffusion de connaissances sur les pratiques de pédagogie active et les productions/résultats/effets dans les classes des écoles Matisse et des écoles publiques de Nyarugenge ou d’autres écoles.

Implication directe des stagiaires et étudiants de l’Ecole de formation pour produire des connaissances utilisables et « réinjectables » dans les formations, les TTC, les écoles d’application et le système éducatif rwandais.

Réseau local : Partage
et solidarité

Sept écoles publiques défavorisées du quartier populaire de Nyarugenge constitueront un réseau associé au Centre de formation. Ces écoles recevront des appuis en formation, en équipements et matériels pédagogiques. Leurs enseignants formés pourront recevoir en stage des étudiants de l’école de formation.

L'école élémentaire

L’école élémentaire francophone d’application fera suite à l’école maternelle. Elle sera en pédagogie active et accordera une bonne place au kinyarwanda et à l’anglais, langue d’enseignement au secondaire.

Le développement du français correspond à une politique promue depuis peu par le gouvernement rwandais. Les techniques de pédagogie active y seront mises en œuvre, en symbiose avec le Centre de formation professionnelle.

Le projet de construction et ces deux écoles -professionnelle et élémentaire – seront gérés par l’ADEHM.

Ce bâtiment va abriter à la fois l’école professionnelle et l’école élémentaire, sur un terrain situé dans le quartier de Kagarama proche de l’école maternelle.

Une convention de partenariat a été signée avec l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse (ENSA). Sous la direction d’un professeur, cinq étudiants de dernière année venus 10 jours à Kigali en mai 2021 ont produit chacun un avant-projet architectural : celui de Mélissa Mille a été retenu.

L’essentiel du financement du projet porte sur la construction de ce bâtiment bioclimatique conçu sur deux niveaux. Il comprendra 8 salles de classe (3 pour le centre de formation et de recherche et 5 pour l’école primaire d’application), un réfectoire qui servira aussi de salle de réunion et de spectacle, une cuisine, une salle des professeurs, des bureaux et des toilettes pour élèves, stagiaires et enseignants.

Avec la contribution de l’ENSA, ce bâtiment sera de conception bioclimatique avec des murs en briques de terre compressée (BTC) qui participent à améliorer les conditions de confort hygrothermique et acoustique, une toiture isolée phoniquement pour atténuer l’impact des pluies fréquentes, une alimentation électrique complétée avec des panneaux solaires photovoltaïques, deux citernes de récupération d’eau de pluie pour les usages non alimentaires de l’école. Son architecture dans le contexte rwandais sera un exemple d’innovation architecturale utilisant la terre comme matière première.

Le bâtiment bioclimatique, les plans

Le projet architectural

Cliquer pour voir les plans

CONSTRUIRE UN MAILLON CLÉ POUR L’ÉDUCATION AU RWANDA

La pédagogie est le cœur du métier d’instituteur. L’école Henri Matisse a bénéficié de l’appui de pédagogues expérimentés de l’association AGIRabcd et du Centre International de pédagogie active (CIPAC France), qui a aussi effectué quelques formations au Rwanda. Ceci a fait apparaître le besoin d’une structure pérenne de formation professionnelle et d’écoles d’application.

La pédagogie
active

APPRENDRE EN FAISANT

Les méthodes actives impliquent l’enfant dans ses propres apprentissages en s’appuyant sur la curiosité naturelle et la coopération entre les enfants. Elles développent des pratiques qui favorisent l’expression des enfants sous toutes ses formes, l’expérimentation, la recherche personnelle, le travail d’équipe, la responsabilité individuelle et collective et l’initiative : une éducation vivante, ayant un sens pour les enfants et préparant des citoyens bien intégrés dans leur milieu et ouverts au monde.

Des techniques pédagogiques déjà rodées et expérimentées au Rwanda favorisent une éducation des enfants plus épanouissante et plus formatrice où l’enfant peut se construire librement et avec ses pairs, dans un climat de confiance, avec l’aide de l’enseignant.

Les promoteurs de pédagogies actives partent du principe que chaque enfant peut et doit réussir à développer ses talents selon ses capacités. Chaque enfant est accompagné, notamment ceux en difficulté, et les redoublements sont rendus inutiles. En Afrique, les approches mises en œuvre doivent être attentives aux enfants les plus pauvres et aux filles, parce que leurs chances de réussir sont souvent plus faibles.

OBJECTIF

Développer au Rwanda des pratiques pérennes de pédagogie active, performantes en termes d’apprentissage, plus épanouissantes pour les élèves et adaptées aux besoins éducatifs du pays.

LES RéSULTATS ATTENDUS

1.

Une offre de formation professionnelle aux techniques de pédagogie active pour les maternelles et le primaire, est opérationnelle et s’appuie sur les deux écoles d’application Henri Matisse et des écoles publiques partenaires du District de Nyarugenge à Kigali.

2.

Une activité de recherche sur les pratiques et les résultats liés aux techniques de pédagogie active permet de développer et diffuser des connaissances appropriables par le système éducatif rwandais.

3.

Un bâtiment bioclimatique innovant abrite l’école de formation professionnelle et l’école élémentaire.

4.

Les enfants des classes et cohortes maternelles et élémentaires des écoles d’application (écoles Henri Matisse et écoles publiques de Nyarugenge) et des écoles dont les enseignants auront été formés en pédagogie active centrée sur l’enfant, développent des pratiques qui favorisent leur expression sous toutes ses formes, l’expérimentation, la recherche personnelle, le travail d’équipe, la responsabilité individuelle et collective, l’initiative, l’autonomie, avec une éducation vivante, ayant un sens pour eux et préparant des citoyens bien intégrés dans leur milieu et ouverts au monde.

5.

Des partenariats sont construits dans la durée et développent des coopérations et des échanges multiples autour de l’éducation et de la pédagogie active :
      • au Rwanda, avec les autorités et différentes structures éducatives, des collectivités locales, des ONG et des parents d’élèves, des partenaires techniques et financiers.
      • avec des partenaires extérieurs, notamment des associations, des entreprises, des mouvements pédagogiques, des centres de formation en pédagogie active et nos partenaires qui auront contribué au financement du projet.

UN IMPACT MAJEUR SUR LE SYSTÈME ÉDUCATIF RWANDAIS

L’école professionnelle sera la première école de formation en pédagogie active post-bac au Rwanda

125 élèves accueillis chaque année dans l’école élémentaire et 120 dans l’école maternelle Henri Matisse.
Au minimum 18 emplois créés par le projet.

60 formateurs et enseignants formés chaque année dans l’école de formation professionnelle en pédagogie active.

Plusieurs milliers d’enfants dans les classes maternelles et élémentaires des écoles associées de Nyarugenge bénéficieront directement de la coopération avec l’école de formation professionnelle.